Taxis et VTC: la France et Monaco se mettent d'accord sur un dispositif de course unique pour le premier trimestre 2023 – Nice matin

Lire le
journal
Lire le
journal
Se connecter
Durant le 1er trimestre 2023, les taxis, VTC et grandes remises de Monaco et de France devront se limiter à la dépose de passagers sur le territoire voisin. Une mesure pour apaiser les tensions du passé.
La hache de guerre (économique) serait-elle enterrée entre les professionnels monégasques et français du transport de personnes? En conflit de territoire depuis plusieurs années – avec bien souvent la menace brandie de bloquer le Grand Prix de Monaco de F1 – les taxis, grandes remises et VTC des deux pays ont été reçus au ministère d’État à Monaco, fin octobre, en présence du préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez.
De cette réunion, destinée à apaiser les relations et à préserver les intérêts économiques des protagonistes des deux pays, est ressorti un accord que l’on pourrait résumer et caricaturer ainsi: “chacun chez soi”. Au moins pour les trois premiers mois de 2023.
On vous résume tout cela.
Contrairement aux professionnels monégasques qui ne doivent s’acquitter d’aucune somme pour travailler sur le sol français, les taxis et VTC français ont déboursé 750 euros pour obtenir une vignette leur autorisant de prendre en charge des clients en Principauté, du 1er mai au 31 octobre 2022. Après vérification des casiers judiciaires et auditions, la Sûreté publique avait accordé 210 macarons, 180 pour les VTC et 30 pour les taxis.
Ce “deux poids deux mesures” a souvent été jugé comme une “concurrence déloyale” par ces mêmes professionnels français.
Arrivé à échéance récemment, donc, le dispositif de vignettes a toutefois été prorogé jusqu’au 31 décembre par le gouvernement princier, sans coût additionnel pour les détenteurs actuels. Et ce, “afin de leur laisser le temps d’adapter leur mode opératoire”, a fait savoir le gouvernement princier dans un communiqué, en date du 25 octobre. Car les règles changent provisoirement, à compter du 1er janvier 2023.
Au lendemain de la Saint-Sylvestre, un nouveau dispositif sera testé pour les trois premiers mois de l’année 2023. “Les professionnels monégasques et français devront se limiter à la dépose des passagers sur le territoire voisin, explique le gouvernement princier, avant de préciser. Sauf dans le cadre d’une mise à disposition qui ne saurait excéder huit heures.”
Autrement dit: hormis cette exception pour ce service forfaitaire de réservation d’un véhicule avec chauffeur selon les besoins de la clientèle, le retour sur le territoire de départ se fera à vide.
Si cette formule se veut, pour l’heure, provisoire, le ministre d’État, Pierre Dartout, et le préfet des Alpes-Maritimes ont insisté sur la nécessité de mettre en place “un dispositif équilibré, simple et durable, dans l’intérêt de tous”.
“C’est fantastique, je suis un homme heureux, jubile Fabrice Cavallera, président du syndicat des taxis niçois. On n’aura plus besoin de s’acquitter de la vignette qu’on nous a contraints de payer pendant des années. On arrêtera de quémander des quotas, selon la saison. On ne fera que de la dépose à Monaco et les Monégasques feront de même en France, y compris à l’aéroport Nice Côte d’Azur. Cela ne marche que si tout le monde est d’accord.”
Sollicités pour donner leur position et ressenti sur le sujet, le Comité Côte d’Azur VTC ainsi que l’Association des exploitants de taxis indépendants de Monaco (AETIM) n’ont pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Également contacté pour davantage de précisions, le gouvernement princier n’a pas donné suite.
Pour les véhicules de type UBER, la réglementation en vigueur en Principauté n’a pas changé d’un iota: ils ont interdiction de prendre en charge un client sur le sol monégasque.
“Seule une tolérance pourra être acceptée lors de la dépose en Principauté d’un client chargé à l’extérieur de la Principauté”, avait précisé, en mars 2020, Jean Castellini, conseiller de gouvernement-ministre des Finances et de l’Économie.
Ces dernières années, les actions de mécontentement furent nombreuses, principalement côté français. Les VTC et taxis maralpins pestaient principalement contre le paiement d’une vignette monégasque et l’absence de réciprocité pour leurs homologues de la Principauté.
Retour en trois dates sur les derniers bras de fer.
Septembre 2020
Entre le 9 et le 11 septembre, les chauffeurs VTC bloquent l’accès au Terminal 2 de l’aéroport Nice Côte d’Azur aux taxis et grandes remises monégasques. Ils réclament l’exonération de la vignette monégasque afin de prendre librement en charge leurs passagers en Principauté. Une requête refusée par l’exécutif monégasque. “Ce que certains dénoncent comme une concurrence déloyale n’est, au contraire, rien d’autre que la recherche du rétablissement d’un équilibre entre, côté français, des milliers de VTC dans les seules Alpes-Maritimes, et côté monégasque, une centaine de professionnels seulement”, nous confiait alors le gouvernement princier.
Mai 2021
Le 19 mai, les chauffeurs regroupés par l’Association des exploitants de taxis indépendants de Monaco (AETIM) mènent une opération escargot sur le circuit du Grand Prix de F1 après avoir appris que des vignettes avaient été octroyées à des taxis des communes limitrophes, y compris “à ceux ayant attiré défavorablement l’attention des services de police dans le passé [des mains courantes, N.D.L.R.]”. Plus tard, le président du syndicat des taxis niçois se défend dans nos colonnes en affirmant que les casiers judiciaires des concernés étaient vierges, comme l’exigent les autorités monégasques.
Mai 2022
Le 9 mai, les taxis et VTC des Alpes-Maritimes déclarent leur ferme intention de bloquer sept axes majeurs menant à la Principauté durant les quatre jours du Grand Prix de F1.
En cause? Un quota de 120 à 130 vignettes, établi durant la crise sanitaire, jugé trop restreint. Le 17 mai, un accord est trouvé avec l’exécutif monégasque qui consent à augmenter le nombre de vignettes à 210. L’annulation du blocage est annoncée dans la foulée.
“Rhôooooooooo!”
Vous utilisez un AdBlock?! 🙂
Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.
Et nous, on s’engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Quelle

Über den Autor

Kommentar hinzufügen

Backlink pro

Avatar von Backlink pro

Nehmen Sie Kontakt mit uns auf

Backlinks sind Links von anderen Webseiten auf Ihre Webseite. Sie helfen Internetnutzern, Ihre Website zu finden und erleichtern ihnen die Suche nach den Informationen, die sie suchen. Je mehr Backlinks Ihre Website hat, desto wahrscheinlicher ist es, dass Internetnutzer sie besuchen.

Kontakt

Karte für 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
de_DEGerman