Immobilier. Stations de ski : la moitié des logements sont des passoires thermiques ! – Le Dauphiné Libéré

Pour soutenir votre journalisme local, abonnez-vous !
Pourquoi voyez-vous ce message ?
Vous avez choisi de refuser le dépôt de cookies, vous pouvez à tout moment modifier votre choix, ici.
Le contenu de ce site est le fruit du travail de journalistes qui vous apportent chaque jour une information locale de qualité, fiable, complète, et des services en ligne innovants. Ce travail s’appuie sur les revenus complémentaires de la publicité et de l’abonnement.
Déjà abonné ?
Grenoble et son agglomération
mer. 30/11/2022
Si vous voyez ce champ, ne le remplissez pas
Le Dauphiné Libéré, en tant que responsable de traitement, recueille dans ce formulaire des informations qui sont enregistrées dans un fichier informatisé par son Service Relations Clients, la finalité étant d’assurer la création et la gestion de votre compte, ainsi que des abonnements et autres services souscrits. Si vous y avez consenti, ces données peuvent également être utilisées pour l’envoi de newsletters et/ou d’offres promotionnelles par Le Dauphiné Libéré, les sociétés qui lui sont affiliées et/ou ses partenaires commerciaux. Vous pouvez exercer en permanence vos droits d’accès, rectification, effacement, limitation, opposition, retirer votre consentement et/ou pour toute question relative au traitement de vos données à caractère personnel en contactant LDLABOWEB@ledauphine.com ou consulter les liens suivants : Protection des données, CGU du site and Contact. Le Délégué à la Protection des Données personnelles (dpo@ebra.fr) est en copie de toute demande relative à vos informations personnelles.
L’édition du soir en numérique dès 21h30 Le journal en numérique dès 5h Accédez à tous les contenus en illimité
Grenoble et son agglomération
mer. 30/11/2022
Retrouvez tous nos contenus et notre journal en numérique
Téléchargez l’application
Selon une étude, les stations de ski françaises comptent en moyenne près de 50 % de logements classés comme des passoires thermiques dans leur parc immobilier. Mais avec des écarts importants, allant de 16 à 90 % de biens énergivores, selon les domaines skiables.
Dans certaines stations, la proportion de passoires thermiques atteint les 90 %. Illustration Adobe Stock
En plus du manque de neige et de la hausse du coût de l’énergie, les stations de ski françaises doivent faire face à la présence, dans leur parc de logements, de nombreux biens énergivores. Ces biens en question, ce sont les fameuses passoires thermiques, soit ceux classés F ou G au titre du diagnostic de performance énergétique (DPE).
C’est ce que révèle une étude menée dans 70 stations de ski * par la plateforme web Heero, spécialisée dans la rénovation énergétique.
En moyenne, près de 50 % des logements dans les stations de ski françaises sont considérés comme des passoires énergétiques, contre 16,9 % au niveau national.
Le chiffre grimpe même jusqu’à 90 % dans certaines d’entre elles, selon Heero. 
Isola 2000 (Alpes du Sud), Piau-Engaly (Pyrénées), La Pierre Saint-Martin (Pyrénées), Puy-Saint-Vincent (Alpes du Sud) et Barèges (Pyrénées) figurent dans le top 5 des stations de ski qui possèdent le parc immobilier le plus énergivore, avec respectivement 90 %, 86 %, 79 %, 76 % et 74 % de passoires thermiques.
Dans le top 5 des stations de ski qui possèdent le moins de logements énergivores selon Heero, on trouve l’Espace alpin Bellefontaine (Jura) avec 15 % de passoires thermiques, Le Markstein et Le Champ du Feu (Vosges) avec 18 %, La Combe Saint-Pierre (Jura) avec 21 % et La Mongie (Jura) avec 26 %. 
L’altitude, la zone géographique ainsi que l’âge de construction des bâtiments peuvent expliquer la présence plus ou moins importantes des passoires thermiques. Le Jura, les Vosges et le Massif central sont globalement moins soumis à des conditions extrêmes.
Les stations de skis dans les Alpes comme dans les Pyrénées ont commencé à émerger dès les années 1920, avec une phase de développement dans les années 1960-1970 dans des stations toujours plus hautes en altitude. Ce n’est qu’à partir de 1974 que la première règlementation thermique a fixé l’objectif de réduire de 25 % la consommation énergétique des bâtiments neufs en limitant les déperditions de chaleur.
« Aujourd’hui, beaucoup de stations construites dans les années 1970 se retrouvent donc confrontées à la nécessité d’entretenir, voire de rénover massivement, leur parc de logements devenu vieillissant », analyse Romain Villain, directeur général de Heero.
Le mode de calcul du DPE peut également avoir un impact non négligeable sur les mauvaises performances énergétiques des stations de ski : en effet, il mesure une consommation d’énergie par m2. Les studios et petits appartements, très répandus en montagne, sont donc plus fortement pénalisés que les grands appartements, car ils consomment proportionnellement plus d’énergie par rapport à leur surface, avec les mêmes équipements de chauffage par exemple. 
La loi Climat & résilience du 22 août 2021 instaure plusieurs mesures pour lutter contre les passoires thermiques. À partir du 1er janvier 2023, un logement sera qualifié d’énergétiquement décent lorsque sa consommation d’énergie finale (l’énergie réellement consommée dans le logement et facturée à l’occupant) par m² et par an est inférieure à 450 kilowattheures (kWh).
Ainsi, les logements qui dépasseront ce seuil ne pourront plus être proposés à la location, soit la plupart des logements classés G. À partir du 1er janvier 2025, tous les logements classés G seront concernés, puis à partir du 1er janvier 2028, les logements classés F seront sortis du parc locatif, puis ceux classés E à partir du 1er janvier 2034.
Ces mesures ne concernent actuellement pas la location saisonnière, très présente à la montagne. Mais le ministre en charge du Logement, Olivier Klein, a déclaré récemment que les locations de vacances et les meublés touristiques vont entrer dans le champ d’application de la loi…
« Ce qui va avoir un impact très négatif pour les stations de ski qui risquent de voir leur parc locatif diminuer de moitié dès 2028, soit dans cinq ans seulement, souligne Romain Villain de Heero. Car pour certaines d’entre elles, il sera matériellement impossible de rénover l’ensemble des logements concernés d’ici là… »
L’étude s’appuie sur le DPE d’avant la réforme de juillet 2021.

source

Find all the real estate information here!

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Get in touch with us

Backlinks are links from other websites to your website. They help Internet users find your site and make it easier for them to find the information they are looking for. The more backlinks your website has, the more likely people are to visit it.

Contact

Map for 12 rue lakanal PARIS  75015 FRANCE
en_USEnglish