Les conditions inflationnistes actuelles, une opportunité pour reconstruire les marges des PME – Gestion des flux / du cash > Trésorerie – Daf-Mag.fr – Daf-Mag.fr

In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
In digital version
Don't miss any of your favorite news
You already have an account
You don't have an account yet
Prenez 1 minute pour vous inscrire et boostez votre activité en rejoignant la communauté Daf-mag.fr !
Subscribe to receive our best articles
 
Share this article by email
 
Your message has been sent!
Pub
inflation

TrésorerieGestion des flux / du cash

De nombreux dirigeants français sont désarçonnés par la hausse continue des matières premières observée depuis fin 2020. La faiblesse de la demande les rend hésitants quant à une révision des prix à la hausse. Surtout, contrairement aux entrepreneurs qui interagissent régulièrement avec les pays émergents, les dirigeants de beaucoup de PME, voire d’ETI, sont peu rodés à une gestion des affaires dans des contextes inflationnistes. Une récente enquête du Crédit Mutuel Nord Europe le confirme : elle indique que la hausse du prix des matières premières impacte 59 % des entreprises françaises, mais que la moitié de ces entreprises n’a pas la possibilité de répercuter cette hausse sur ses prix de vente.
En France, pour améliorer sa productivité et ses marges, les négociations portent en général sur une révision des prix à la baisse et non à la hausse. Chacun essaie de réduire ses coûts de production par une baisse des montants d’achats.
Toutefois, ce raisonnement n’est plus applicable en cas d’inflation : si une entreprise n’augmente pas ses tarifs, elle risque de vendre à perte et au bout du compte, de ne plus pouvoir supporter ses propres coûts de production qui, eux, augmentent au gré des prix des approvisionnements.
Read also: Comment faire une offre de prix en période d’inflation
Et cela n’est pas réservé aux entreprises de production avec de lourdes dépenses en termes de matières premières. Les activités intensives en main d’oeuvre comme les services, sont elles aussi impactées, ne serait-ce que par le poids croissant des achats non stratégiques (fournitures de bureau, équipements informatiques et de télécommunication, facture d’électricité-gaz, flottes automobiles, etc.). Il est important qu’elles tiennent compte des nouvelles règles imposées par le contexte car leurs charges fixes et le coût de production des services seront alourdis.
C’est une fois accepté ce changement des règles du jeu que le chef d’entreprise peut réfléchir aux options ouvertes pour reconstituer ses marges. Et sur ce point, la situation offre de réelles opportunités.

Beaucoup de PME considèrent que leurs prix sont fixes, sinon condamnés à baisser. Cela peut en effet être le cas sur un marché sans inflation. En revanche, un marché inflationniste libère les prix et donne davantage de latitude pour augmenter les tarifs des offres. En dépassant le seuil dit d’équilibre (i.e. celui qui permet de ne pas perdre d’argent), il est tout à fait possible de reconstruire sa marge.
Read also: Comment faire face à la hausse des prix ?
Le jeu de l’offre et de la demande conduit en effet les partenaires économiques à accepter davantage le fait de négocier. On observe d’ailleurs que les grands groupes internationaux n’ont pas attendu pour pratiquer des hausses de prix de l’ordre de +15% à +20%.
Le point de vigilance est au niveau de l’explication de la hausse de prix. Si la légitimité de la hausse est indiscutable et si elle est alignée avec les autres augmentations observées, par exemple dans le cas de matières premières dont les volumes disponibles sont limités, alors elle est admise sans encombre. Il faut donc que les dirigeants français dépassent l’appréhension de départ, évaluent le plus justement possible la hausse à appliquer aux tarifs et travaillent leur argumentaire.
La dynamique inflationniste offre aussi des opportunités pour se positionner sur de nouveaux marchés. Face aux variations de prix, les grands donneurs d’ordres lancent des appels d’offres, pour optimiser le coût et la sécurité de leurs approvisionnements tout en explorant et en ouvrant de nouveaux pans de marché. Il y a donc des places à prendre.
Enfin, l’inflation, notamment sur les matières premières, entraine une augmentation du poids de la matière dans le coût de production final. De ce fait, un dirigeant gagne à revoir sa structure de coût ” main d’oeuvre vs matière “. Cela peut avoir des incidences au niveau de son offre (adoption de nouveaux matériaux ou d’alliages, évolution de la quantité de chaque composant, etc.), sur ses procédés de fabrication (ajout d’opérateurs pour des procédés plus économes en matière), ou ses circuits d’approvisionnement (recherche d’autres fournisseurs, étude de nouvelles routes et moyens d’acheminement, etc.). Dans certaines grandes puissances économiques, Chine en tête, les entreprises adoptent des démarches très offensives sur ce sujet. Les Français doivent donc tenter à leur tour d’avancer leurs pions et ne plus hésiter à revoir leurs équilibres main d’oeuvre / matière.
A chaque période de tension économique, force est de constater que ceux qui s’en sortent le mieux sont ceux qui osent et privilégient le changement. L’état d’esprit est déterminant. Quand l’opportunité est là, il faut la saisir. Et cela vaut pour l’augmentation des tarifs comme pour l’ouverture de nouvelles activités ou le rachat d’entreprises. Plus que jamais, un dirigeant doit faire sienne la citation de Raymond Vincent : que ” l’avenir appartient aux audacieux, à ceux qui cherchent, qui prennent des risques “.
Pour en savoir plus

Les conditions inflationnistes actuelles, une opportunité pour reconstruire les marges des PME - Gestion des flux / du cash > Trésorerie - Daf-Mag.fr - Daf-Mag.fr

Jacques Schaffnit, a plus de trente ans d’expérience à la tête d’entreprises industrielles internationales. Hutchison, filiale du groupe Total, puis Valeo reprend METALOR Technologies en 2010 puis 2013 CEO d’ASCOMETAL. Enfin RFS, Adova, Von Roll. Il rejoint en 2021 I&S Adviser.

Pub
Follow us
Subscribe to receive our best articles

Subscribe
Receive the magazine directly at home,
and in digital version
17.20 € / month
Our events
CFO Dinner revient !
Pub
NEWSLETTER | Subscribe to receive our best articles

The editors recommend
Illiquidité : le risque s'accentue pour les entreprises
Les entreprises inquiètes malgré la baisse des délais de paiement
Comment faire face à la hausse des prix ?
Des résultats au beau fixe pour le SBF 120 au 1er semestre
Les délais de paiement retrouvent leurs niveaux d'avant Covid en Europe
Chute de l'euro face au dollar : comment en limiter l'impact ?
In paper version
Receive the magazine directly
at home

17.20 € / month
In digital version

Don't miss any of your favorite news

Follow us:
About us
Daf-mag.fr et le magazine Daf magazine sont les médias leader en France de l’information B2B et de l’animation de la communauté professionnelle constituée par les décideurs administratifs, financiers et RH. Deux outils indispensables pour les pros de la gestion et pour les prestataires de la filière administrative, financière et RH.
Group sites
Services

RSS feeds
Contact us
Subscription

source

https://2macp.fr/management-achat/

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Get in touch with us

Backlinks are links from other websites to your website. They help Internet users find your site and make it easier for them to find the information they are looking for. The more backlinks your website has, the more likely people are to visit it.

Contact

Map for 12 rue lakanal PARIS  75015 FRANCE
en_USEnglish