Waymo trace sa route autonome – Autonews

La filiale de Google va proposer un service de robot-taxi à Los Angeles. Un cap symbolique, car la ville est très peuplée et se distingue par la complexité de son réseau routier. Mais, la concurrence ne reste pas inactive.
Si la voiture autonome suscite des vocations, avec son lot de start-ups, peu d’acteurs ont la capacité de porter des projets jusqu’au bout.
Aux Etats-Unis, il en reste quelques-uns dont Waymo, qui gravite dans l’orbite de Google. Après avoir longtemps testé sa technologie, elle est passée au stade du service commercial. Ainsi, la société propose des courses sans chauffeur à bord à Phoenix dans l’Arizona (dans le centre et jusqu’à l’aéroport), ainsi qu’à San Francisco. Elle y a obtenu récemment une autorisation, au même titre que Cruise, la filiale de General Motors.
Et Waymo annonce à présent l’arrivée prochaine de son service à Los Angeles. Une étape symbolique, car la ville a 13 millions d’habitants et représente un terrain de jeu idéal avec ses autoroutes démesurées et ses bouchons interminables. En l’absence de transports en commun fiables, le robot-taxi est donc une alternative. Et la solution est appelée de ses vœux par la ville.
C’est évidemment un défi que Waymo se dit ravi de relever.
En 13 ans, la technologie de Google (qui en est à sa 5e génération) a parcouru plus de 20 millions de miles sur route ouverte et plus de 15 milliards en simulation. Les véhicules ont roulé dans 13 États, en essayant de varier les conditions climatiques pour mettre à l’épreuve le logiciel de guidage et les capteurs.
Ces sites ont permis aussi de nourrir les algorithmes avec des profils aussi variés que des rues bondées en ville, des autoroutes à plusieurs voies, des ronds-points, ou encore des parkings publics. Et que dire des cas particuliers rencontrés au cours de ces années ? Waymo rapporte que ses véhicules ont croisé un canard tenu en laisse et traversant la rue, des cyclistes transportant sur leur dos des panneaux stop, ou encore une personne promenant son chien au bord de l’autoroute… Nulle autre compagnie américaine n’a autant d’expérience.
C’est aussi la seule à partager sur son site ses recherches et ses rapports de sécurité. Ajoutons par ailleurs qu’elle dialogue avec tout un ensemble de communautés, en lien avec le handicap, les malvoyants et les seniors. La sécurité est une de ses priorités.
En face de Waymo, il n’y a pas grand monde.
Le seul rival crédible est Cruise, qui appartient notamment à General Motors, Honda et Microsoft. Il a d’ailleurs été le premier à obtenir l’autorisation d’ouvrir un service commercial à San Francisco, où il dessert une bonne partie de la ville (après avoir débuté dans des zones bien délimitées). Précisons au passage que cet opérateur a ouvert un compte Twitter au nom de Poppy the cruise AV, l’une de ses voitures autonomes.
Pour Cruise, comme pour Waymo, le challenge va être de mettre en place des véhicules sans volant. Le premier développe une navette baptisée Origin, issue d’un partenariat avec Honda sur le véhicule électrique. Ce véhicule, qui n’aura ni volant, ni pédales, ni rétroviseurs, sera produit à Detroit.
Pour sa part, Waymo collabore avec Geely, et plus précisément sa marque Zeekr de véhicules électriques pour un concept similaire. C’est aussi l’approche de Zoox, un autre acteur basé en Californie et appartenant à Amazon. Sa navette est d’ailleurs la seule à pouvoir tourner sur elle-même, grâce à un système de roues indépendantes et à motorisation électrique. La start-up a par ailleurs fait le choix de 4 caméras infrarouge qui permettent d’avoir une meilleure visibilité de nuit.
En l’absence d’Argo AI, qui met fin à ses activités après avoir été lâché par Ford et Volkswagen, il ne reste plus après que Motional, une société commune à Hyundai et l’équipementier Aptiv. Et il pourrait bien jouer les premiers rôles dans le futur.
Après des tests réussis à Las Vegas, où plus de 100 000 courses ont été réalisées, Motional va lancer des véhicules autonomes en 2023, sur la base d’une Ioniq 5. Ils seront déployés par Lyft (un acteur du VTC aux USA) à Los Angeles, où il va concurrencer directement Waymo.
Mais surtout, l’entreprise a signé un partenariat sur dix ans avec Uber, à la fois pour transporter des clients mais aussi pour livrer des repas (un test a eu lieu en Californie avec Uber Eats). Le PDG de Motional, Karl Lagnemma, considère ce contrat comme un levier pour le passage à l’échelle des robots-taxis.
Il n’y a pas si longtemps, le même Uber avait des ambitions dans le véhicule autonome. Mais, l’accident mortel qui a eu lieu en Arizona en 2019 a conduit le géant du VTC à jeter l’éponge. Il a revendu son activité à la start-up Aurora, fondée par un ancien de chez Google.
La société a débuté des tests de robots-taxis sur la base de véhicules Toyota, au Texas. Elle a aussi conduit d’autres expérimentations à Pittsburgh et à San Francisco. Mais, le PDG, Chris Urmson, préfère se concentrer pour le moment sur le camion autonome qui est jugé plus stratégique. L’entreprise a mis au point une technologie qui devrait être appliquée à la mi-2024.
Aurora a réalisé des tests avec la compagnie FedEx. Le transport de marchandises est un bon créneau, car 70 % du trafic passe par des camions aux États-Unis. De plus, le secteur manque de chauffeurs. Waymo a aussi flairé le filon. La filiale de Google a collaboré avec Daimler Truck* pour adapter son logiciel de pilotage aux contraintes du poids-lourd. Et son service Via va notamment bénéficier à… Uber, qui propose une plateforme de transport par camion (Uber Freight) aux USA.
*qui dispose de ses propres ressources, avec la filiale Toc Robotics qui va l’aider à lancer des camions autonomes de niveau 4
La filiale de Google va proposer un service de robot-taxi à Los Angeles. Un cap symbolique, car la ville est très peuplée et se distingue par la complexité de son réseau routier. Mais, la concurrence ne reste pas inactive.
Retrouvez tous les soirs une sélection d’articles dans votre boite mail.
Lancé en 2006, Autonews est un site de référence traitant de l’actualité automobile avec des dossiers, des essais, des reportages sur les grands salons du secteur mais également une ouverture vers les nouveaux supports de la mobilité. Autonews est le pilier de la verticale « auto » du groupe Horyzon depuis 2016.
Un site du groupe HORYZON :
Men’s UP | Auto-Moto | Autonews | Onze Mondial | Foot National | But Football Club | Quinze Mondial | Le Blog Auto | Kool Mag | Gaming Up | Flat6 | Sports Auto-Moto | Daily Sports | Positvr
mentions légalescontactl’équipe

fonte

Sobre o autor

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Adicionar comentário

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Por favor contacte-nos

Backlinks são links de outros sítios web para o seu sítio web. Ajudam as pessoas a encontrar o seu site e tornam mais fácil para elas encontrar a informação que procuram. Quanto mais ligações em atraso tiver o seu website, mais provável é que as pessoas o visitem.

Contacto

Mapa para 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
pt_PTPortuguese