Tanzanie: Mobilisation pour contenir un incendie sur le Kilimandjaro – Arabnews fr

https://arab.news/rtwdt
DAR ES SALAAM: L’incendie était largement “maîtrisé” dimanche sur le mont Kilimanjaro, le plus haut sommet d’Afrique, dont les pentes ont été dévorées par les flammes durant plus de 24 heures, ont annoncé les autorités tanzaniennes.
Le feu s’est déclaré dans la soirée de vendredi à proximité du camp Karanga, halte pour randonneurs et alpinistes située à environ 4.000 mètres d’altitude sur une des voies d’ascension les plus fréquentées menant au “toit de l’Afrique” (5.895 mètres).
“Nous avons réussi à maîtriser l’incendie. Dans une large mesure, il est déjà éteint dans la plupart des zones, bien qu’il y ait encore des fumerolles”, a déclaré dimanche dans la matinée le secrétaire permanent du ministère des Ressources naturelles et du Tourisme, Eliamani Sedoyeka, à la chaîne publique TBC.
En début de soirée, le ministère a annoncé dans un communiqué que le feu avait été contrôlé en plusieurs autres points. “La situation est globalement sous contrôle, nous pensons qu’elle sera complètement maîtrisée au fil du temps”, a-t-il assuré.
L’incendie n’a fait aucune victime dans ce haut lieu touristique du nord-est de la Tanzanie, très prisé notamment des amateurs de trekking et alpinisme. Plusieurs dizaines de milliers de personnes gravissent ses pentes chaque année.
Un total de 500 personnes – pompiers, personnels de l’autorité des parcs nationaux (Tanapa), policiers ainsi que des civils (étudiants, habitants, employés d’un tour-operator) – se sont mobilisées pour combattre le feu, qui avait été attisé par un fort vent.
Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux samedi montraient de larges flammes dévorant une végétation de buissons et d’arbustes et dégageant d’épais panaches de fumée grise.
Les pompiers ont notamment réussi à éviter que les flammes n’atteignent la zone de forêt située en contrebas.
Cause humaine probable
Si l’origine de l’incendie n’est pas encore formellement identifiée, M. Sedoyeka a estimé samedi soir qu'”il est possible qu’un grimpeur ou des ramasseurs de miel aient causé l’incendie par négligence”.
Un responsable de l’autorité des parcs nationaux (Tanapa), Herman Batiho, a affirmé être “sûr qu’il est dû à des activités humaines, peut-être l’extraction de miel par des habitants ou (…) des braconniers”.
Cet incendie intervient exactement deux ans après un feu qui avait ravagé, durant une semaine en octobre 2020, 95 km2 de pentes, sans faire de victime. Selon les premiers éléments de l’enquête à l’époque, le feu avait été causé par des porteurs qui accompagnaient des grimpeurs.
Montagne emblématique dont la cime enneigée est connue à travers le monde, le Kilimandjaro et la zone qui l’entoure sont classées comme parc national, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco.
D’une superficie totale de plus de 75.000 hectares (plus de 750 km2), le parc abrite un écosystème remarquable, avec une flore riche et une faune composée d’éléphants, buffles, antilopes…
Ce massif volcanique constitué de trois pics (Kibo, Mawenzi, Shira) n’échappe pas au réchauffement climatique, qui assèche notamment sa végétation, composée successivement de plaines, de forêt de montagne puis de lande d’altitude, avant un désert alpin et le sommet.
Les “neiges du Kilimandjaro” célébrées par Ernest Hemingway pourraient même disparaître d’ici 2040, selon un rapport de 2011 de l’Organisation météorologique mondiale, l’agence météo de l’ONU, sur la situation climatique de l’Afrique.
La surface couverte par les glaciers y a reculé de 85% en un siècle, passant de 11,40 km2 en 1912 à 1,76 km2 en 2011.
https://arab.news/rf2hc
OUAGADOUGOU: Le Burkina Faso a lancé cette semaine le recrutement de 50.000 volontaires pour la défense de la patrie (VDP), des supplétifs civils qui vont “renforcer les rangs de l’armée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme”, a-t-on appris mardi.
“Un recrutement est lancé de 35.000 VDP communaux, soit 100 VDP par commune”, indique un communiqué du commandant de la brigade de veille et de défense patriotique (BVDP), le colonel Boukaré Zoungrana, nommé par ailleurs mardi soir ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité.
“La mission dévolue à ces VDP communaux est de protéger, aux côtés des forces de défense et de sécurité, les populations et les biens de leurs communes d’origine”, face aux attaques djihadistes, a-t-il précisé.
Ce recrutement local s’ajoute à celui de lundi, où la BVDP avait annoncé sa volonté de bâtir une force de 15.000 VDP “pouvant être déployés sur l’ensemble du territoire national”.
Le statut des VDP est défini par la loi depuis le 21 janvier 2020. Il est défini comme “une personne de nationalité burkinabé, auxiliaire des Forces de défense et de sécurité (FDS), servant de façon volontaire les intérêts sécuritaires de son village ou de son secteur de résidence”.
Les VDP reçoivent une formation civique et militaire de 14 jours avant d’ être armés et dotés de moyens de communication.
Ils paient un lourd tribut dans les attaques djihadistes qui frappent régulièrement le Burkina Faso, notamment le nord et l’est.
Aucune donnée n’est à ce jour disponible sur leur nombre exact, même si l’objectif initial était de recruter 13.000 personnes.
Ces enrôlements massifs s’ajoutent à une campagne de recrutement exceptionnel de 3.000 militaires pour renforcer les rangs de l’armée dans la lutte contre les djihadistes.
Ces campagnes interviennent après un coup d’Etat mené le 30 septembre par le capitaine Ibrahim Traoré, dont l’objectif affiché est de renforcer la lutte anti-djihadiste.
Lundi au moins dix soldats ont été tués et une cinquantaine blessés lundi lors d’une “attaque terroriste” à Djibo, ville sous blocus djihadiste depuis trois mois, dans le nord du Burkina.
Les groupes djihadistes contrôlent environ 40% du territoire burkinabé.
https://arab.news/b45kr
MANILLE: Un séisme de magnitude 6,4 a été enregistré mardi soir dans le nord des Philippines, a indiqué l’Institut d’études géologiques des Etats-Unis (USGS), dont un membre a précisé qu’il pourrait avoir provoqué d’importants dégâts.
“Nous nous attendons à des dommages”, a déclaré à la presse la sismologue Charm Villamil à propos du tremblement de terre, qui a touché à 22H59 (14H59 GMT) les abords de la ville de Dolores.
Elle a précisé que l’impact sur les bâtiments dépendrait de leur solidité et des caractéristiques des sols. Le séisme a été ressenti jusqu’à la capitale Manille, à plus de 330 kilomètres au sud.
Selon les autorités locales, il était difficile d’établir un bilan des dommages ou d’éventuelles victimes, la nuit étant tombée.
Le personnel de l’hôpital Mariano Marcos Memorial, un établissement de 200 lits situé dans la ville de Batac, à environ 60 kilomètres au nord de l’épicentre, a déclaré avoir évacué les malades.
Des photos de plafonds effondrés dans certaines chambres, ainsi que des dizaines de patients assis sur des chaises à l’extérieur du bâtiment, ont été postées sur la page Facebook des pompiers de la ville.
A Laoag, près de Batac, Joffrey Lavarias, 24 ans, employé d’un centre d’appels, a filmé ses collègues en train de crier et de se réfugier sous les tables dans leurs bureaux, tandis que les écrans d’ordinateur placés au-dessus des meubles se mettaient à trembler.
“Je pensais que le tremblement de terre n’était pas fort, c’est pourquoi j’ai décidé de filmer. Mais après trente secondes, la secousse est devenue très forte”, a-t-il raconté à l’AFP.
En juillet, un séisme de magnitude 7 dans le même secteur a provoqué des glissements de terrain dans cette région montagneuse, faisant onze morts et des centaines de blessés.
Les tremblements de terre sont fréquents aux Philippines, qui se trouvent sur la “Ceinture de feu” du Pacifique, un arc d’activité volcanique qui va du Japon à l’Asie du Sud-Est et au bassin du Pacifique.
Les services de la Défense civile du pays organisent régulièrement des exercices simulant des séismes sur les lignes de failles actives du pays. En octobre 2013, un tremblement de terre de magnitude 7,1 a frappé l’île centrale de Bohol, tuant plus de deux cents personnes.
https://arab.news/njfxq
WASHINGTON: Les Etats-Unis ont autorisé mardi leurs diplomates à quitter Abuja, la capitale du Nigéria, “en raison du risque accru d’attaques terroristes”.
Cette autorisation concerne le personnel non essentiel ainsi que leurs familles, a précisé le département d’Etat, ajoutant qu’il ne s’agissait pas d’un ordre d’évacuation et que les restrictions de déplacement des Américains dans le pays restaient en vigueur.
Plusieurs ambassades de pays occidentaux, dont celle des Etats-Unis, ont conseillé lundi à leurs citoyens de limiter leurs déplacements au Nigeria en raison de cette “menace accrue”, sans livrer de détails.
A la suite de ces multiples avertissements occidentaux, l’Agence de sécurité intérieure du Nigéria (Department of State Services, DSS) a assuré que “toutes les précautions nécessaires avaient été prises”.
Des combattants liés au groupe Etat islamique (EI) ont revendiqué plusieurs attaques dans les Etats proches du Territoire de la capitale fédérale (FCT), Abuja, ces six derniers mois.

source

https://2macp.fr/gestion-de-la-negociation/

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Carte pour 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
fr_FRFrench