Pourquoi les personnes souffrant d'anxiété ont du mal à gérer leurs … – Psychologies.com

Mood disorders: are you cyclothymic?
7 things happy people do
Dare to be fragile
Friendship, should we tell each other everything?
DSM-5: Are we all classified as crazy?
Bipolarity: 5 common misconceptions
End of life: the importance of pleasure
Suicide: 10 misconceptions
I am single, is it my fault?
(Re)falling in love
The secrets of lasting love
Couple : Live better everyday
Couple: stop the arguments!
Infidelity and guilt
How to introduce your new spouse to your children?
Where to put your baby to sleep?
I chose not to have a child
Preparing for childbirth with acupuncture
The hyperactive child
What is the purpose of sex education?
Talking about sex with our teens
They did not have a teenage crisis
Love your children the same?
How to set limits for children
Blended family: how to deal with disputes?
What is a good alternating custody?
Siblings: why some still hate each other
Saying "I love you" to our moms
My shrink and I: a unique relationship
Are we all hypnotizable?
5 steps to interpret your dreams
Shrinks who abuse their patients
A shrink for whom and for what?
What is a bad shrink?
Discover your emotional heritage
Why singing is good for you
Muscular buttocks, instructions for use
Which sport to soothe your emotions?
The benefits of mandala
Five Zen bath recipes
10 exercises to stay young
Being optimistic protects the body
Endometriosis: misunderstood patients
Transit, natural remedies
Getting ready for sleep
Recognizing sleep apnea
Anti-anxiety plants
Manage your emotions with the 38 Bach flowers
Learn to be less stressed
Blackcurrant against stress
Round and proud: not so easy!
When desire makes you beautiful
Our skin reveals our emotions
Skin: do we wash too much?
I want a firm butt!
My foot beauty rituals
It's decided, I'm cutting!
Decoding: white hair
My little beauty secrets: honey
Homemade Scrub Recipes
The paleo diet
Breakfast, a great moment of happiness
9 preconceived ideas about vegetarianism
3 weeks to become vegetarian
My survival course in the wilderness
Let's consume collaboratively!
Being recognized at work, a vital need
Find your motivation
Communicating well at work
Management : 6 lessons from the philosophers
Work: beware of presenteeism
Protecting yourself from a burn-out
How do I tell my boss that something is wrong?
Cultivating emotional intelligence at work
Can everyone meditate?
Guide to spiritual development
All naturally good?
Library therapy session
Mis à jour le 22 décembre 2020 à 15:31

Nous régulons tous nos émotions, chaque jour de notre vie. Grâce à ce processus psychologique, nous pouvons gérer la façon dont nous ressentons et exprimons nos émotions, quelle que soit la situation qui se présente. Mais chez certaines personnes, notamment anxieuses, cette régulation n’est pas efficace. Ce qui les pousse à adopter d’autres stratégies de régulation pas toujours efficaces et bonnes pour leur santé globale. Explications.

par Leanne Rowlands, chercheur en neuropsychologie, Bangor University publié initialement sur The Conversation

 The Conversation
Nous régulons tous nos émotions, chaque jour de notre vie. Grâce à ce processus psychologique, nous pouvons gérer la façon dont nous ressentons et exprimons nos émotions, quelle que soit la situation qui se présente. Mais chez certaines personnes, notamment anxieuses, cette régulation n’est pas efficace. Ce qui les pousse à adopter d’autres stratégies de régulation pas toujours efficaces et bonnes pour leur santé globale. Explications.
par Leanne Rowlands, chercheur en neuropsychologie, Bangor University publié initialement sur The Conversation
Nous régulons tous nos émotions, chaque jour de notre vie. Grâce à ce processus psychologique, nous pouvons gérer la façon dont nous ressentons et exprimons nos émotions, quelle que soit la situation qui se présente. Mais chez certaines personnes, cette régulation n’est pas efficace. Les sentiments qu’elles éprouvent sont intenses et difficiles à supporter, ce qui les amène souvent, pour leur échapper, à adopter des comportements tels que l’ automutilation, la  consommation d’alcool ou la  suralimentation.
Pour réguler nos émotions, nous avons recours à diverses stratégies, telles que la réévaluation (qui consiste à changer ce que nous ressentons à propos de quelque chose) et le déploiement attentionnel (qui revient à détourner notre attention de quelque chose). Ces stratégies reposent sur des  systèmes neuronaux sous-jacents du cortex préfrontal de notre cerveau. Si ceux-ci dysfonctionnent, nous pouvons perdre la capacité à gérer efficacement nos émotions.
Mais la  dysrégulation émotionnelle ne se produit pas uniquement lorsque le cerveau néglige d’utiliser ses stratégies de régulation. Elle peut aussi survenir lorsque les tentatives pour atténuer les émotions non désirées s’avèrent infructueuses, ou encore lorsque des stratégies contre-productives d’atténuation sont mises en œuvre, c’est-à-dire lorsque le coût desdites stratégies est supérieur aux avantages à court terme procurés par l’atténuation d’une émotion intense. Décider de ne pas ouvrir ses factures pour s’épargner une crise d’anxiété peut aider à se sentir mieux à court terme, mais se traduit à long terme par une continuelle augmentation de coûts.
Les tentatives de régulation infructueuses et l’emploi d’atténuations contre-productives sont au cœur de nombreux  problèmes de santé mentale, tels que les troubles anxieux et les troubles de l’humeur. Mais le chemin menant à la dysrégulation émotionnelle n’est pas toujours le même. En fait, la recherche a trouvé plusieurs causes à ces situations.
Dans les troubles anxieux, le dysfonctionnement des systèmes émotionnels du cerveau se traduit par des réactions émotionnelles beaucoup plus intenses que celles qui se produisent habituellement, ainsi que par une  perception accrue de la menace et une vision négative du monde. Ces caractéristiques influent sur l’efficacité des stratégies de régulation des émotions. En résulte une dépendance excessive vis-à-vis de stratégies inadaptées, par exemple celles consistant à éviter ou essayer de supprimer les émotions.
Dans le cerveau des personnes atteintes de troubles anxieux, le système sur lequel repose la réévaluation ne fonctionne pas aussi efficacement que dans le cerveau des personnes qui ne sont pas affectées. Lorsque cette stratégie d’atténuation des émotions est utilisée, certaines parties du cortex préfrontal sont  moins activées comparativement à celles des personnes non anxieuses. En fait, plus le niveau des symptômes d’anxiété est élevé, moins ces régions du cerveau sont activées. Cela signifie que plus les symptômes sont intenses, moins ils peuvent être réévalués.
De même, les personnes atteintes de  trouble dépressif majeur – qui se traduit par une incapacité à réguler ou réparer les émotions, se traduisant par de longs épisodes de dépression – éprouvent des difficultés à utiliser le  contrôle cognitif pour gérer leurs émotions négatives et diminuer leur intensité émotionnelle. Ceci s’explique par  des différences neurobiologiques, telles qu’une  diminution de la densité de la matière grise and  du volume du cortex préfrontal. Chez les personnes dépressives, on constate  moins d’activation cérébrale et un métabolisme moins élevé dans cette région du cerveau lorsqu’elles accomplissent des tâches visant à réguler leurs émotions.
La fonction des systèmes cérébraux de motivation est par ailleurs parfois moins efficace chez les personnes atteintes de trouble dépressif majeur que chez les autres. Ces réseaux de connexions neurales relient le  striatum ventral, situé au milieu du cerveau, et le cortex préfrontal. Ce moins bon fonctionnement pourrait expliquer leur moindre aptitude à réguler les émotions positives. Une difficulté connue sous le nom d’ anhédonie), qui se traduit par un manque de plaisir et d’appétit pour la vie.
Les capacités à utiliser une stratégie de régulation ou une autre varient selon les gens, cela ne fait guère de doute. Mais chez certains, il est des stratégies qui ne fonctionnent tout simplement pas. Il se peut que les personnes atteintes de troubles anxieux considèrent la réévaluation comme une stratégie  moins efficace parce que le  biais d’attention qui les affecte fait qu’ils accordent involontairement plus d’attention aux informations négatives et menaçantes. Cela peut les empêcher d’interpréter les situations de façon positive – ce qui constitue un aspect clé de la réévaluation.
Il est également possible que la réévaluation ne fonctionne pas aussi bien chez les personnes atteintes de troubles de l’humeur que chez les autres. Les  biais cognitifs dont souffrent les personnes atteintes de trouble dépressif majeur peut les amener à interpréter les situations comme étant plus négatives qu’elles ne le sont, et à avoir du mal à éprouver des pensées positives.
Bien que des stratégies inadaptées puissent aider les gens à se sentir mieux à court terme, elles se traduisent à long terme par des coûts dont les conséquences sont la persistance de l’anxiété et des troubles de l’humeur. Les personnes anxieuses comptent davantage sur des stratégies inadaptées telles que la  suppression (qui consiste à essayer d’inhiber ou de cacher les réactions émotionnelles), et moins sur les stratégies d’adaptation comme la réévaluation. Bien que les recherches à ce sujet soient encore en cours, on pense que lorsqu’elles expérimentent des  émotions intenses, ces personnes trouvent très difficile de se désengager – la première étape nécessaire à la réévaluation – et se tournent donc plutôt vers une stratégie inadaptée de suppression.
Le recours à des stratégies inadaptées comme la suppression et la  rumination (au cours de laquelle les gens ont des pensées négatives et auto-dépréciatrices répétitives) est également une caractéristique fréquemment rencontrée chez les personnes souffrant de trouble dépressif majeur.
Il est important de souligner que les troubles de l’humeur ne sont pas uniquement dus à des anomalies neurologiques. Les recherches suggèrent qu’elles résultent d’une conjugaison de différents paramètres. Physiologie cérébrale, psychologie, facteurs environnementaux contribuent ensemble à ces désordres.
Alors que les scientifiques recherchent  nouveaux traitements prometteurs, des actions simples peuvent aider les gens à atténuer l’influence des pensées et des émotions négatives sur leur humeur. Les personnes en proie à ces troubles peuvent par exemple vraiment gagner à  s’engager dans des actions positives, en exprimant leur gratitude, en faisant montre de bonté envers les autres, et en réfléchissant aux éléments qui constituent des atouts en terme de caractère.
Pour aller plus loin 
==>  Contre l’anxiété, 7 méthodes qui marchent vraiment
Trouble anxieux, attaque de panique, phobie, stress, stress post-traumatique… Le spectre des symptômes de l’anxiété est tellement large que les remèdes proposés sont aussi nombreux qu’éclectiques. Toutes ces disciplines ont fait leurs preuves. Nos explications pour vous aider à choisir celle qui vous correspond le mieux.
A DECOUVRIR
Un programme en ligne pour agir dès maintenant sur ton anxiété, avec : 
– Des décryptages pour comprendre les mécanismes de ton anxiété et adopter un autre regard face à elle
– Un test complet, réalisé avec une psychologue, pour évaluer ton type et ton degré d’anxiété
– Des outils pour la gérer au quotidien : des conseils et des exercices de développement personnel qui marchent pour alléger ton quotidien
– Des pauses et inspirations pour retrouver de la sérénité, de l’oxygène et de la confiance en toi
– L’aide d’un coach pour élaborer une feuille de route personnalisée pour ne plus te laisser submerger et reprendre le contrôle de ta vie
=> DECOUVRIR
« Fausse couche, véritable souffrance »
« Comment gérer la colère ? »
« J’ai combattu mon mal-être »
« Je suis un mal-aimé »
« Toutes mes émotions sont éphémères »
« Personne ne peut m’aider »
« J’ai mal à la vie »
« Depuis ma rupture avec mon ami dépressif,… »
« Quand je vais mal, je m’entaille le bras…. »
« Ai-je hérité du mal-être familial ? »

In the face of the ever-anxious news, how are you holding up?





Don't miss any more issues of Psychologies Magazine, thanks to our exceptional subscription offers.
Each month, find your magazine in digital version

source

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Get in touch with us

Backlinks are links from other websites to your website. They help Internet users find your site and make it easier for them to find the information they are looking for. The more backlinks your website has, the more likely people are to visit it.

Contact

Map for 12 rue lakanal PARIS  75015 FRANCE
en_USEnglish