Révolution chez les livreurs et les chauffeurs VTC : les premières … – La Tribune.fr

Share:
Elles étaient attendues avec impatience par le secteur. Ce lundi s’ouvrent les premières élections professionnelles des livreurs de repas et des chauffeurs de véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Tenues sous l’égide de l’Autorité de régulation des plateformes d’emploi (Arpe), elles se clôtureront le 16 mai, date du scrutin.
Au total, seize listes, sept pour les VTC et neuf pour les chauffeurs-livreurs, se présentent lors de ce “premier exercice” comme l’a qualifié le directeur général de l’Arpe, Joël Blondel. Le corps électoral se compose d’environ 39.000 chauffeurs VTC et 84.000 livreurs. Tous doivent être enregistrés comme travailleurs indépendants et rattachés à certaines plateformes pour lesquelles ils auront réalisé un nombre minimum de prestations entre juillet et décembre 2021, éliminant donc les nombreux sans-papiers œuvrant discrètement dans ce secteur. Les élus seront protégés en cas de rupture de leur contrat commercial avec une plateforme employeuse et celle-ci ne devra pas résulter de leur activité de représentants.
Read also 6 mnL’organisation syndicale, une réponse à la désillusion des chauffeurs Uber ?
Au menu des négociations, “deux urgences”, celles de la “rémunération” and “la protection sociale”, affirme Stéphane Chevet (Union-Indépendant) qui dénonce le fait que la rémunération des travailleurs repose exclusivement sur la livraison. De son côté, la CGT souligne la nécessité d’aborder les questions de sécurité et des conditions de travail ou de licenciement. Ces thèmes font en effet partie de ceux imposés par une ordonnance datant de début avril aux côtés de la formation professionnelle, des garanties sociales des travailleurs et de la rupture des relations commerciales entre travailleurs et plateformes.
Ces premières élections professionnelles marquent une étape importante pour les chauffeurs et livreurs qui réclament depuis de nombreux mois une régulation du secteur. Une étape permise par le vote du Sénat en novembre 2021 d’une ordonnance gouvernementale permettant d’organiser “début 2022” “pour chacun des deux secteurs d’activité” (livreurs de repas et chauffeurs VTC), une “élection professionnelle nationale à tour unique et par vote électronique” , comme l’avait expliqué la ministre du Travail, Elisabeth Borne à l’époque. Soulignant “l’urgence d’agir”, elle avait défendu “une position d’équilibre” permettant “d’accompagner le développement des plateformes de mise en relation tout en veillant à mieux protéger le droit des travailleurs (…) et à renforcer leurs droits sociaux”. Ce lundielle a, de nouveau, salué “un rendez-vous historique” pour ces travailleurs et qui leur permettra d’améliorer leurs “conditions” tout en “respectant leur statut d’indépendant auquel la plupart d’entre eux est attachée”.
Un enthousiasme qui n’est pas partagé par les syndicats qui ont, dès avril, dénoncé le manque de clarté de l’ordonnance promulguée par le gouvernement. Une majorité d’entre eux estimaient que le texte entérinait la création d’un statut tiers et s’enfermaient dans une logique d’exclusion du salariat, allant à l’encontre de la “présomption de salariat” revendiquée. Un point de vue partagé par l’U2P, l’organisation patronale qui représente artisans et professions libérales et qui avait estimé en février dernier que le gouvernement était en train de créer les conditions pour “un troisième statut entre celui de travailleur indépendant et celui de salarié”.
À ces inquiétudes, s’ajoute ce lundi la crainte d’un simple coup d’épée dans l’eau. Entre “vote électronique exclusif” and “travailleurs précaires”, le nombre de votants pourrait en effet être très faible, s’inquiète Ludovic Rioux de la CGT qui alertait fin mars sur le risque que “cette instance” soit “peu représentative”. Seule la représentativité des travailleurs – mais pas celle des patrons – a d’ailleurs pour l’instant été définie : toute liste ayant réuni plus de 5% des suffrages pourra désigner trois représentants pour prendre part aux négociations. En conséquence, certains acteurs majeurs du secteur, comme l’intersyndicale nationale VTC (INV), le syndicat des chauffeurs privés (SCP) et le Clap (collectif des livreurs autonomes parisiens) ont refusé de candidater aux élections. Un choix qui s’explique notamment par l’absence de “contrainte pour les plateformes hormis celle de siéger”, justifie Sayah Baaroun, secrétaire général du SCP, redoutant des négociations sans accord.
Les plateformes n’ont eu de cesse de s’opposer à la requalification des travailleurs en salariés s’inquiétant de voir leur modèle économique fragilisé par cette évolution. Mais la justice, française et celle des autres pays européens, a plusieurs fois donné raison aux travailleurs. En mars 2020, la Cour de cassation avait ainsi reconnu l’existence d’un lien de subordination entre la plateforme Uber et un de ses anciens chauffeurs, jugeant que le statut d’indépendant du conducteur était “fictif”. Aux Pays-bas mais aussi au Royaume-Uni, la justice a établi que les chauffeurs Uber étaient bien sous contrat de travail et sont désormais considérés comme des employés. De son côté, Bruxelles a proposé début décembre un arsenal de mesures pour renforcer les droits des travailleurs de ces plateformes et contraindre ces dernières, en fonction d’un certain nombre de critères, à se soumettre aux obligations telles qu’un salaire minimum, un temps de travail ou encore des normes de sécurité, imposées par la législation du travail du pays concerné.
Ailleurs dans le monde, le combat pour imposer plus de droits fait rage aussi, notamment aux Etats-Unis où des salariés d’Amazon luttent pour imposer un syndicat au sein des entrepôts du géant américain. En mars dernier, l’entrepôt Amazon JFK8, situé dans le quartier de Staten Island à New York, est ainsi devenu le premier du pays à voter pour la création d’un syndicat.

Share:
From Monday to Friday, at 1pm, receive the essential news of the
industry and service sectors
Last step: confirm your registration in the email you just received.
Remember to check your junk mail.
See you soon on the La Tribune website and in our newsletters,
The editorial staff of La Tribune.
See you soon on the La Tribune website and in our newsletters,
The editorial staff of La Tribune.
Discover all the newsletters of La Tribune
The editorial staff of La Tribune
An email containing your login information has been sent.
See you soon on the La Tribune website and in our newsletters,
The editorial staff of La Tribune.
Subscribe to the Industry & Services newsletter
Most read topics
|
Most commented topics
1
À quoi sert l’État actionnaire ?
2
L'activité économique de la France stabilisée en septembre à -5% de son niveau d'avant-crise
3
Bombardier: l'UE autorise l'acquisition de Talent 3 par CAF
4
Le Louvre Abou Dhabi : de l’art consommé…
5
GéoLean attend une nouvelle dynamique de son « Doing Center»
1
Âge de départ à la retraite : « J’ai le sentiment que ce sera 64 ans, c’est inacceptable » (Laurent Berger CFDT) (32)
2
Covid : faut-il vraiment tester les visiteurs chinois ? (29)
3
magazine T Crise du bio : « La demande disparait, au moment où on arrive à l'autosuffisance » (26)
4
magazine T Pour Emmanuel Macron, 2023 s'annonce comme une année sociale à hauts risques (22)
5
magazine T Electricité et gaz : les dessous de la spectaculaire chute des prix de l’énergie en Europe (19)
To be notified by email of any reaction to this comment, please enter your email address below:
To be notified by email of any reaction to this comment, please enter your email address below:
Your email will not be displayed publicly.
All fields are required.

Thank you for your comment. It will be visible soon subject to validation.
With
La Tribune.fr,
make the right decisions

source

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Avatar of Backlink pro By Backlink pro

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Get in touch with us

Backlinks are links from other websites to your website. They help Internet users find your site and make it easier for them to find the information they are looking for. The more backlinks your website has, the more likely people are to visit it.

Contact

Map for 12 rue lakanal PARIS  75015 FRANCE
en_USEnglish