La guerre en Ukraine fait émerger d'autres modèles de production – Novethic.fr

Environnement, énergie, social, finance, entreprises et startups, retrouvez tous les débats, tendances et acteurs de l’économie responsable.
Plateforme d’information pour les professionnels, formations, études, label vert, Novethic offre les moyens d’agir sur la finance durable
Découvrez les initiatives RSE, les stratégies de création de valeur durable et les entreprises qui innovent pour une économie inclusive et bas carbone.
Organisme de Formation référent sur la finance durable, Novethic forme les professionnels -investissement, gestion d’actif, distribution – aux évolutions du marché et à l’intégration des questions ESG dans leurs stratégies et leurs décisions.
Publié le 16 mars 2022
SOCIAL
Pour parer à de potentielles pénuries, prévenir des risques juridiques ou encore de réputation, les entreprises s’affairent. En pleine guerre en Ukraine, elles tentent d’identifier les sous-traitants qui sont, directement ou non, présents en Russie ou en Ukraine pour s’adapter.
Confrontées à des crises à répétition, les entreprises vont devoir revoir leur modèle de production. Au delà du drame humain, la guerre en Ukraine prouve une nouvelle fois les limites de la mondialisation. Les chaines d’approvisionnement des entreprises doivent en effet être passées au crible pour identifier les risques potentiels. "Les risques juridiques, économiques et de réputation pour les entreprises qui opèrent ou investissent en Russie et au Bélarus sont énormes", alerte ainsi la Fédération Internationale pour les Droits Humains (FIDH).
Une relation commerciale avec un fournisseur en Russie fait en effet planer un risque juridique. En vertu du devoir de vigilance, les donneurs d’ordre "sont censés cartographier les risques d’atteintes qui résultent des activités de leurs fournisseurs dans leur plan de vigilance, et donc y faire référence à leurs fournisseurs. Mais toutes les sociétés ne le font pas", indique l’ONG Sherpa. Les services juridiques sont par ailleurs à pied d’œuvre car certains biens pourraient être soumis à des embargos. "Les risques sont particulièrement élevés pour les entreprises qui investissent ou s’associent à des entreprises d’État ou à des entités liées au régime de Vladimir Poutine, qui pourraient se retrouver à aider, encourager ou faciliter indirectement les violations du droit international par la Russie", prévient la FIDH.
Autre risque non négligeable pour les entreprises : le risque de réputation. Les entreprises sont de plus en plus pressées de se prononcer sur les valeurs qu’elles défendent. Elles sont ainsi sommées d’être transparentes sur leur présence ou les liens commerciaux qu’elles entretiennent avec des entreprises russes. Toutefois, "pour une entreprise, cela peut être très difficile de connaître exactement ses sous-traitants. Par exemple, une cargaison de café peut changer plusieurs fois de propriétaires sur un trajet transatlantique entre le champ et l’usine de conditionnement. Il est donc très difficile de cartographier les risques sur une chaine d’approvisionnement", indique Dimitri Caudrelier, CEO de Quantis, cabinet de conseil.
Concernant les sociétés présentes en Ukraine, les risques sont d’une tout autre nature. Les fournisseurs ukrainiens ne pourront pas livrer tout ou partie des marchandises. Leurs clients sont ainsi confrontés à des ruptures d’approvisionnement. Ainsi, l’industrie automobile, qui ne s’est pas encore remise de la pénurie mondiale de puces, doit faire face à une pénurie de pièces détachées dont des câbles. L’Union européenne importe environ 7% des câbles indispensables à l’industrie automobile, selon une analyse des données de Comtrade 2020 par Alixpartners. Résultat, des usines allemandes de Volkswagen, basées à Zwickau, Dresde ou encore Wolfsburg, la plus grosse usine du groupe, ont dû interrompre leur production voire fermer les usines. Porsche ou BMW sont également touchés par ces pénuries.
Des solutions pourraient aider les entreprises à mieux maîtriser les risques sur leurs chaînes d’approvisionnement. "Les donneurs d’ordre peuvent s’atteler à la mise en place de certificats d’origine, internaliser davantage certaines étapes de la fabrication des produits ou encore engager des contrats sur le long terme avec leurs sous-traitants et ainsi co-construire avec eux de véritables plans de transformations", indique Dimitri Caudrelier. 
Certains grands groupes sont passés à l’acte comme Ferrero. Le géant de l’agro-alimentaire qui importait la majorité de ses noisettes de Turquie a lancé un programme afin de rapatrier en Italie la production de la matière essentielle à la fabrication du Nutella. Alors que les crises devraient se multiplier, ces mouvements de relocalisations et de diversification des chaines d’approvisionnement pourraient s’intensifier. 
Mathilde Golla @Mathgolla
‹‹ Retour à la liste des articles
Droits humains – Publié le 10/3/2022

Après Exxon, Apple, Nike ou Levi’s, c’est au tour de McDonald’s d’annoncer la suspension de ses activités en Russie. Si le retrait de certaines multinationales apparaît comme évident, d’autres se retrouvent piégées dans un conflit de valeurs, à l’image de Danone ou Lactalis qui justifient…


Après Exxon, Apple, Nike ou Levi’s, c’est au tour de McDonald’s d’annoncer la suspension de ses activités en Russie. Si le retrait de certaines multinationales apparaît comme évident, d’autres se retrouvent piégées dans un conflit de valeurs, à l’image de Danone ou Lactalis qui justifient…
Consommation – Publié le 14/3/2022

La Russie maintient pour l’instant ses exportations d’hydrocarbures mais la dépendance mortifère de l’Europe au gaz russe est apparue au grand jour. Les appels à baisser les consommations d’énergie se multiplient pour permettre au continent de gagner en indépendance mais aussi de réduire…


La Russie maintient pour l’instant ses exportations d’hydrocarbures mais la dépendance mortifère de l’Europe au gaz russe est apparue au grand jour. Les appels à baisser les consommations d’énergie se multiplient pour permettre au continent de gagner en indépendance mais aussi de réduire…
SOCIAL

Le respect des droits humains par les entreprises est devenu crucial pour les investisseurs ou les ONG. Elles dénoncent les violations commises contre des peuples autochtones ou les communautés locales ce qui peut compromettre de nombreux projets, en particulier dans le secteur extractif.
Droits humains – Publié le 20 décembre 2022

Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un “effet négatif sur la sécurité…


Le Qatargate déstabilise le Parlement européen mais pourrait aussi aggraver la crise énergétique. L’État du Golfe qui a fait de la Coupe du monde l’emblème de sa stratégie de soft power, a clairement dit que les accusations de corruption contre lui pourraient avoir un “effet négatif sur la sécurité…
Droits humains – Publié le 08 décembre 2022

Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d’Outre-mer. Cependant, les peuples…


Les chantiers de la centrale solaire à hydrogène CEOG en Guyane ont commencé. Ce projet était très attendu pour répondre aux problématiques de sécurité énergétique et aux objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre du département français d’Outre-mer. Cependant, les peuples…
Droits humains – Publié le 21 novembre 2022

Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds…


Il s’agit de l’un des événements sportifs les plus attendus de la planète. Et aussi l’un des plus controversés. Droits humains élémentaires non respectés, soupçons de corruption, bilan climatique catastrophique… les dossiers pesant sur la Coupe du monde au Qatar se révèlent particulièrement lourds…
Droits humains – Publié le 10 novembre 2022

Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors…


Travail forcé, mauvaises conditions d’hébergement, réduction en servitude… une filiale de Vinci vient d’être mise en examen en raison de ses pratiques sociales sur ses chantiers au Qatar, accusations que le groupe de BTP réfute. À seulement quelques jours de l’ouverture de la Coupe du monde, alors…

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 73
  • Novethic, Le media expert de l'économie responsable
    5 Avenue de l’Opéra
    75001 Paris
    Contactez-nous
    +33 (0)1 58 50 98 14
    Suivez-nous

    fonte

    https://2macp.fr/gestion-de-la-production/

    L'autore

    Aggiungi commento

    Backlink pro

    Avatar di Backlink pro

    Contattateci

    I backlink sono collegamenti da altri siti web al vostro sito. Aiutano le persone a trovare il vostro sito e facilitano la ricerca delle informazioni che stanno cercando. Più backlink ha il vostro sito web, più è probabile che le persone lo visitino.

    Contatto

    Mappa per 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
    it_ITItalian