Des tests de paternité pour estimer l'abondance des poissons – Actualités Techniques de l'Ingénieur

L’expertise technique et scientifique de référence
{{block-infos-connection}}
Identifiez-vous !
Inscrivez-vous !
Vous n’avez pas encore de compte ?
RECHERCHEZ parmi plus de 10 000 articles de référence ou pratiques et 4 000 articles d’actualité
PAR DOMAINE D’EXPERTISE
PAR SECTEUR INDUSTRIEL
PAR MOTS-CLES
NAVIGUER DANS LA
CARTOGRAPHIE INTERACTIVE
EXPLORER
DÉCOUVREZ toute l’actualité, la veille technologique GRATUITE, les études de cas et les événements de chaque secteur de l’industrie.
Une étude révèle les causes de l’augmentation du méthane atmosphérique en 2020
Siquance, la start-up française qui développe l’ordinateur quantique
Le Maire veut faire de la France la “première nation de l’industrie verte en Europe”
| Une question ?
En ce moment
Facebook
Twitter
Linkedin
Posté le par Nicolas LOUIS dans Entreprises et marchés
L’Ifremer a développé une nouvelle technique pour estimer l’abondance des poissons en identifiant lesquels sont apparentés grâce à des tests génétiques. Le Conseil International pour l’Exploration de la Mer (CIEM) va utiliser les résultats obtenus par cette méthode pour l’estimation des ressources marines.
Estimer de manière fiable l’abondance des poissons dans les mers est essentiel pour l’exploitation durable des ressources marines vivantes. Pour quantifier chaque espèce, la technique la plus couramment employée consiste à utiliser des modèles numériques qui fonctionnent à partir de deux types de données : celles issues de la pêche et celles collectées par des scientifiques lors de campagnes en mer. Par contre, cette méthode n’est pas efficiente lorsque l’espèce est peu abondante, comme c’est le cas avec la population de raies bouclées. Dans le cadre d’un projet européen nommé Pandora, l’Ifremer a développé une nouvelle technique faisant appel à la génétique.
Les chercheurs se sont inspirés d’une méthode développée par leurs collègues australiens. Ils ont échantillonné des individus, puis ont prélevé leurs tissus pour ensuite procéder à du génotypage. Ils sont ainsi parvenus à identifier lesquels sont apparentés (parents, enfants…), en se servant de la même approche que celle pratiquée avec des tests de paternité pour comparer les informations génétiques entre deux personnes.
Verena Trenkel, responsable de l’unité halieutique grand ouest à Ifremer, explique selon quel principe les résultats obtenus sont interprétés : « Si, dans un échantillon, nous observons un grand nombre d’individus apparentés, nous pouvons en conclure que la population est très petite, car lorsque l’on prend aléatoirement des individus, la probabilité qu’ils soient apparentés augmente lorsque la population est faible. Inversement, si la population est grande et donc abondante, il y a peu de probabilité que les individus soient apparentés. Le nombre d’individus apparentés nous renseigne donc sur la taille de la population. »
Pour estimer l’abondance d’une espèce, les scientifiques ont utilisé un modèle de dynamique des populations qui décrit son évolution à partir de son taux de croissance et de décroissance. Il est capable d’estimer le nombre de poissons mature par année. Concrètement, plus de 7 000 raies bouclées ont été échantillonnées sur la période 2015 à 2020 dans l’estuaire de la Gironde et à environ 100 mètres de profondeur au large. L’année de naissance de chacune d’entre elles a été calculée. Les chercheurs ont ensuite pu chiffrer à 135 000 le nombre d’individus mature en 2013, c’est-à-dire le nombre de parents potentiels. « L’estimation n’est pas effectuée par rapport à l’année de l’échantillonnage, mais est reconstituée à partir de l’année de naissance, précise Verena Trenkel. Pour connaître l’âge d’une raie, il faut utiliser une technique qui consiste à tronçonner les vertèbres des poissons. Cette méthode est très invasive et nous développons en ce moment une autre technique capable de nous renseigner sur l’âge de l’individu grâce à la génétique. »
La fiabilité de cette nouvelle approche a été testée par les mêmes collègues australiens sur une population de thons rouges du Pacifique, dont l’abondance avait déjà été estimée à partir d’une approche traditionnelle. Résultat : elle s’est révélée plus fiable pour estimer cette espèce.
Preuve que cette nouvelle approche convainc, le CIEM (Conseil International pour l’Exploration de la Mer) a décidé de prendre en compte les résultats obtenus à partir de celle-ci pour mener à bien ses travaux sur l’estimation des ressources marines. Cet organisme scientifique intergouvernemental a pour rôle de rendre des avis auprès de la Commission européenne, notamment sur le thème de la gestion des quotas de pêche.
De son côté, Ifremer va continuer à appliquer cette nouvelle méthode, cette fois-ci pour estimer la population de maigres. Des échantillonnages ont déjà été effectués, et des analyses génétiques sont en cours de réalisation. Cette nouvelle technique devrait ensuite être utilisée pour quantifier la population de raies brunettes.
Dans l’actualité
Dans les ressources documentaires
Facebook
Twitter
Linkedin
Posté le par Nicolas LOUIS
Réagissez à cet article
Commentaire sans connexion
Pour déposer un commentaire en mode invité (sans créer de compte ou sans vous connecter), c’est ici.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Captcha




Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous et retrouvez plus tard tous vos commentaires dans votre espace personnel.
Inscrivez-vous !
Vous n’avez pas encore de compte ?
INSCRIVEZ-VOUS
AUX NEWSLETTERS GRATUITES !
Des tests de paternité pour estimer l'abondance des poissons - Actualités Techniques de l'Ingénieur
Inscrivez-vous gratuitement aux newsletters du magazine d’actualité et Info mises à jour des ressources documentaires.
Publicité Devenez annonceur
Les plus lus
Les plus commentés
Actualités et veille technologique
L’espace actualité c’est quoi ?
De la découverte en laboratoire à l’innovation industrielle, scrutez les tendances et prenez part aux grands débats scientifiques qui construisent le monde de demain.
CONTACTER LA RÉDACTION
base documentaire associée
Bioprocédés et bioproductions
L’ingénierie du vivant au service d’une production plus efficace, moins polluante et plus économe en énergies
livre blanc associé

livre blanc associé

Des tests de paternité pour estimer l'abondance des poissons - Actualités Techniques de l'Ingénieur
TECHNIQUES DE L’INGENIEUR
L’EXPERTISE TECHNIQUE ET SCIENTIFIQUE

DE RÉFÉRENCE
ÉDITION – FORMATION – CONSEIL :
Avec Techniques de l’Ingénieur, retrouvez tous les articles scientifiques et techniques : base de données, veille technologique, documentation et expertise technique
TÉLÉCHARGEMENTS GRATUITS
FORMATIONS
SUIVEZ-NOUS
Automatique – Robotique | Biomédical – Pharma | Construction et travaux publics | Électronique – Photonique | Énergies | Environnement – Sécurité | Génie industriel | Ingénierie des transports | Innovation | Matériaux | Mécanique | Mesures – Analyses | Procédés chimie – bio – agro | Sciences fondamentales | Technologies de l’information | Archives |
Aérospatial | Agroalimentaire | Automobile | Éco-industries | Équipements industriels | Plasturgie |
ACCUEIL | A PROPOS | ANNUAIRE AUTEURS | EXPERTS SCIENTIFIQUES | NOUS REJOINDRE | PUBLICITÉ | PLAN DU SITE | MENTIONS LÉGALES | COOKIES | AIDE & FAQ | CONTACT

PAIEMENT
SÉCURISÉ

OUVERTURE RAPIDE
DE VOS DROITS

ASSISTANCE TÉLÉPHONIQUE
+33 (0)1 53 35 20 20

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Carte pour 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
fr_FRFrench