Paris sans voitures: sept heures pour «montrer qu'on peut faire autrement» – Arabnews fr

https://arab.news/nha5y
PARIS: Une capitale livrée aux piétons, cyclistes ou aux usagers de trottinettes, pendant sept heures: l’opération “Paris respire sans voitures”, qui a théoriquement banni dimanche les véhicules motorisés des rues, est “une façon pédagogique de montrer qu’on peut faire autrement”, vante la maire Anne Hidalgo. 
Ce dimanche de fin d’été, de 11H00 et à 18H00, seuls les vélos, rollers, trottinettes et autres skateboards ont, en principe, droit de cité dans Paris intra muros, aux côtés des piétons. 
Seules exceptions, les véhicules de secours, bus, taxis et véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC), sont autorisés à circuler à 20 km/h maximum dans certaines zones, ainsi que les Parisiens rentrant de week-end, sur justificatif de domicile. Les contrevenants s’exposent à une amende de 135 euros. 
Grâce à cette journée sans voitures, que Paris organise depuis 2015, “beaucoup de gens constatent que quand on fait baisser le nombre de véhicules, on peut reprendre sa ville d’une autre façon”, a commenté Anne Hidalgo devant la presse, place de la Concorde. Dans la ville hôte des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024, elle promet que ces jeux seront “un accélérateur”, avec “encore plus d’espaces repris sur la voiture”. 
Sur une partie de cette place du centre de Paris, des stands et des animations autour du vélo attirent quelques dizaines de curieux (bourse aux deux-roues, atelier de réparation, manège, piste d’initiation pour les enfants…) 
“C’est l’occasion de montrer aux Parisiens que le vélo est un mode de transport facile, pas cher, qui ne pollue pas”, explique Jean-Sébastien Catier, président de l’association Paris en selle. 
Moins de dioxyde d’azote 
Cette opération sur une seule journée est certes “symbolique”, mais s’ajoute aux autres initiatives en faveur du vélo prises à Paris et peut “accélérer la décision vers un changement de mode de déplacement”, veut-il croire. 
En 2021, le jour de la même opération, les concentrations de dioxyde d’azote avaient été “inférieures de près de 20% à celles d’un dimanche habituel”, selon l’observatoire de la qualité de l’air en région parisienne Airparif. 
Stéphane, 51 ans, est venu de Meudon à bicyclette, pour une promenade sur les quais de Seine. Mais au quotidien, il doit parcourir 20 kilomètres jusqu’à son travail et “aurait du mal à se séparer de son scooter”, reconnaît-il. 
Près du parc des Tuileries, “l’ambiance est très paisible”, apprécient Suzanne et Michael, un couple de touristes américains arrivés samedi à Paris, qui n’avaient pas entendu parler de l’opération mais la jugent “intéressante”. 
Si le flux de circulation s’est nettement réduit autour de l’obélisque de la place de la Concorde, en fin de matinée, voitures et scooters se mêlent cependant toujours aux taxis, aux véhicules de secours et aux bus touristiques. 
Et sur certains grands axes comme le boulevard de la Madeleine, des coups de klaxon se font entendre et le flux de voitures reste très dense. “Normalement, ils n’ont pas le droit” de circuler, reconnaît un agent de sécurité posté sur une barrière qui barre l’accès à une rue secondaire. 
« On fait comment ? » 
Seuls les “véhicules autorisés” peuvent passer, prévient une pancarte. “On fait comment? Je travaille, moi”, se plaint un conducteur assurant être “en livraison”. 
Rue de Belleville, un axe majeur du Nord-Est parisien, la circulation des voitures et scooters, calme mais réelle, ne semble pas radicalement différente d’un autre dimanche, avec peu de véhicules professionnels visibles. 
Cette opération s’inscrit dans la politique volontariste de réduction de la place de la voiture de la maire socialiste Anne Hidalgo, réélue en 2020. 
La politique anti-voiture est dénoncée par l’opposition de droite, qui accuse Anne Hidalgo de flatter ainsi un électorat aisé du centre de Paris au détriment de banlieusards plus dépendants des voitures, mais qui ne votent pas dans la capitale. 
D’autres jugent que l’opération manque au contraire d’ambition, telle l’ONG Alternatiba Paris, qui organise avec d’autres associations une “contre-Journée Paris Respire” sous la forme d’une “parade festive et familiale” au départ de Bagnolet, ville de la banlieue est de Paris. 
https://arab.news/2mze6
PARIS: Cent-cinquante cadres du PS ont signé dans le JDD une tribune baptisée “Refondations”, prélude à une “troisième voie”, entre la ligne pro-Nupes prônée par le premier secrétaire Olivier Faure et celle de son opposante Hélène Geoffroy, pour le prochain congrès du PS.
Les porte-parole de cette tribune sont le maire de Rouen Nicolas Mayer-Rossignol, la conseillère de Paris Lamia El Aaraje, -proche d’Anne Hidalgo-, et la vice-présidente de la région Occitanie, Claire Fita, -proche de Carole Delga-.
Ni la maire de Paris ni la présidente de la région Occitanie, toutes deux réfractaires à la Nupes, n’ont signé cette tribune, mais de nombreux proches des deux femmes s’y trouvent, à l’instar des sénateurs David Assouline ou Patrick Kanner, à la manoeuvre pour cette “troisième voie”.
La date du prochain Congrès du PS sera connu à l’issue d’un conseil national du parti mardi soir.
“L’enjeu du congrès du Parti socialiste ne peut être à nouveau réduit à un affrontement d’écuries pour le pouvoir, ni à un choix de tactiques électorales les yeux rivés sur la prochaine élection présidentielle”, écrivent les signataires, qui “souhaitent rassembler les socialistes sur l’essentiel pour pouvoir espérer à nouveau rassembler la gauche durablement”.
Ils soulignent que “l’accord électoral Nupes a été le produit de l’état +comatique+ de la gauche sociale et écologique, une réponse électorale unitaire attendue par le peuple de gauche face à sa dispersion, une réponse conjoncturelle visant à préserver sa présence à l’Assemblée Nationale et y agir ensemble”.
Mais “pour regagner et créer une dynamique positive, d’espérance et de conquêtes (…) nous devons  refonder (la gauche) avec audace et sincérité, et changer son centre de gravité actuel qui la conduit à l’impasse”, ajoutent-ils, en proposant “à toutes les forces politiques et engagées de la société civile et des mouvements sociaux, l’organisation d’Etats Généraux de la transformation sociale et écologique”.
“Les Français nous disent, on est orphelins d’un parti crédible à gauche, on ne vous entend pas aujourd’hui”, a expliqué à l’AFP Nicolas-Mayer Rossignol, défendant une “gauche pro européenne, laïque et universaliste”, et s’appuyant sur “la ruralité et les expériences locales” des territoires dirigés par la gauche.
Il assure que les signataires ne sont “pas dans l’aigreur, ni dans le pugilat” contre le Premier secrétaire du PS Olivier Faure, partisan de la Nupes.
Samedi matin, Hélène Geoffroy, la maire socialiste de Vaulx-en-Velin et présidente du courant minoritaire au sein du PS, a également lancé dans un texte baptisé “Refonder, rassembler, gouverner”, les bases de son projet pour prendre la tête du parti au futur Congrès du parti.
https://arab.news/9pzny
PARIS: Au lendemain d’un article-choc de Libération, la direction d’EELV a réaffirmé samedi sa confiance dans la cellule interne du parti chargée des violences faites aux femmes, après les accusations de violences psychologiques visant son ex-secrétaire national Julien Bayou.
Europe-Ecologie Les Verts, qui réunit ce week-end comme prévu son conseil fédéral -le parlement du parti-, avait rassemblé dans la matinée son bureau exécutif et la cellule interne, après un article de Libération révélant vendredi que Julien Bayou, qui a démissionné après des accusations de violences psychologiques sur une ex-compagne, était sous la surveillance de militantes féministes du parti.
“Les informations parues dans Libé confirment la nécessité de réfléchir à la meilleure façon de traiter ce cas particulier”, a expliqué un cadre d’EELV à l’AFP. Selon une autre source, il était “normal que les informations dans cet article soient prises en compte et traitées politiquement”.
A l’issue de cette réunion, le bureau exécutif a renouvelé sa “confiance” dans la cellule interne, dont le travail a été critiqué par l’avocate de Julien Bayou, et par plusieurs responsables politique extérieurs, dénonçant une “justice privée”.
Le secrétaire national adjoint Jérémie Crépel, qui remplace temporairement, avec Léa Balage, Julien Bayou, a fait part de “notre fierté de recueillir la parole des victimes et de traiter avec sérieux les violences sexistes et sexuelles alors que d’autres choisissent de les ignorer”.
Il a souligné que “la possible nécessité d’externaliser toutes ou une partie des enquêtes (était) sur la table”, mais a salué l’abnégation” des membres de cette cellule, “instance disciplinaire de notre mouvement chargée de proposer des sanctions internes”.
Il a aussi confirmé qu’un audit “par un organisme externe indépendant”, prévu bien avant l’affaire, “sera fait”.
L’ordre du jour ordinaire du conseil fédéral est de décider du calendrier du prochain congrès. Celui-ci devrait avoir lieu en décembre, car un référendum interne, visant à le décaler, n’a pas obtenu le  nombre de voix suffisant pour être validé.
«Ce qu’elle peut»
Le parti connaît des secousses internes depuis la démission lundi de Julien Bayou, pour pouvoir selon lui se défendre des accusations auxquelles il fait face et qu’il dément, sans qu’il n’y ait de plainte ni d’enquête judiciaire.
L’article de Libération a accentué le malaise, en révélant que depuis trois ans, Julien Bayou vivait sous la pression d’un collectif féministe informel qui lui reprochait sa conduite et enquêtait sur ses relations avec les femmes.
Dans un communiqué, EELV a précisé que “toutes les personnes ayant un lien avec Julien Bayou se sont déportées du dossier” instruit par la cellule interne. Libération a indiqué que l’une des membres de cette cellule fait partie du groupe informel ayant ciblé la vie privée de Julien Bayou.
La cellule “n’a pas estimé qu’il y avait lieu de suspendre de manière conservatoire Julien Bayou et elle poursuit son travail et ces auditions”, ajoute le texte.
“La cellule fait ce qu’elle peut. On est sur des sujets à propos desquels il n’y a pas de nomenclatures ni de procédures établies”, mais “on ne peut pas réduire une stratégie de lutte victorieuse à des initiatives individuelles, parfois approximatives”, expliquait dans la matinée un cadre du parti à l’AFP.
La cellule s’était autosaisie d’une enquête sur Julien Bayou en juillet après un courriel de son ex-compagne, dont il s’est séparé en novembre 2021.
L’affaire a pris un nouveau tour la semaine dernière, lorsque la députée Sandrine Rousseau l’a accusé de “comportements de nature à briser la santé morale des femmes” sur un plateau TV, racontant avoir “longuement” reçu l’ex-compagne de Julien Bayou.
Le bureau du groupe écologiste à l’Assemblée nationale avait alors suspendu Julien Bayou de ses fonctions de coprésident du groupe.
Cette décision a été prise “pour donner de la sérénité à la cellule d’écoute mais ça apparaît comme une sanction (…) et cette sanction-là, elle n’est pas normale”, a critiqué vendredi l’ex-candidat à la présidentielle 2022, le député européen Yannick Jadot, qui avait pourtant demandé lui-même une mise en retrait de la tête du parti.
Dans un tweet, l’ex-candidate écologiste à la présidentielle, Eva Joly, a réagi à l’article de Libération: “La fin ne justifie pas les moyens. Ces agissements hors de tout cadre desservent la cause qu’ils sont censés faire avancer et sont dangereux pour celles-là mêmes qu’on prétend protéger”.
https://arab.news/8guam
ROUBAIX : “Je suis venue les soutenir et leur dire au-revoir”: Djamila Bal, une cliente fidèle, défie la cohue dans le magasin Camaieu à Roubaix, siège de l’enseigne en liquidation, pour étreindre les vendeuses, qui bradent les derniers vêtements avant de fermer définitivement boutique samedi soir.
“Shopping Camaieu 100% pour les salariés,” annonce la page Facebook du centre commercial roubaisien. Selon les syndicats, le produit des ventes de ces trois derniers jours doit être utilisé pour améliorer les possibilités de formation et reconversion dans le cadre du plan social.
C’est la foule des jours de solde, à Roubaix comme dans de nombreux magasins de France: le prix sont affichés à moins 50%, voire moins 70%, et les derniers stocks disparaissent à vue d’oeil.
“Il n’y a plus rien, c’est fini, fini” explique à une cliente Emilie Vidart, vendeuse depuis onze ans chez Camaieu, réarrangeant fébrilement des TShirt “Zen attitude” et “no worries” sur des portants.
“C’est la journée 100% émotion”, lance-t-elle. Elle se demande “si on va retrouver ça, une ambiance familiale”, tandis qu’une cliente venue acheter un manteau “par solidarité” écrase une larme.
«Plonger dans l’inconnu»
Pour l’enseigne nordiste de prêt-à-porter, employant quelque 2.600 salariés dans un demi-millier de boutiques, le couperet est tombé jeudi, après 40 ans d’existence.
L’actionnaire, Hermione People and Brands (HPB), filiale de La Financière immobilière bordelaise (FIB) de l’homme d’affaires Michel Ohayon, a échoué à convaincre le tribunal de commerce de la fiabilité de son plan de redressement, deux mois après le placement de l’enseigne en redressement judiciaire.
Le gouvernement a pour sa part mis en cause un plan d’affaires non crédible, et une demande d’avance de fonds publics “déséquilibrée” par rapport aux apports des actionnaires.
“J’ai connu un licenciement aussi il y a trois ans, je sais ce que ça fait de plonger dans l’inconnu”, souligne dans la boutique roubaisienne Djamila Bal, cliente quadragénaire. “Je peux vous faire un câlin?”, lance-t-elle à une vendeuse.
“Même sur Tik Tok, j’ai vu passer des vidéos sur nous, ça nous touche”, s’émeut Marie Lemouchi, une vendeuse de 29 ans. Elle s’inquiète de quitter une enseigne “à l’ambiance familiale”, mais espère réussir à rebondir.
Dans certains magasins, des clients ont même apporté chocolats et boissons gazeuses, rapporte Nordine Misraoui, délégué CFDT. “Ce soir, c’est comme une fin de vie, on va débrancher la machine”, indique-t-il à l’AFP, déplorant la “casse sociale évitable”, alors que les activités de l’entreprise doivent s’arrêter à 23H.
«Affaires» et «soutien»
A Bordeaux, où la file aux caisses est également longue, Ludivine Cochin, venue “faire des affaires et soutenir les salariés”, a été mise au courant des déboires de l’entreprise par “une cousine qui travaille chez Camaïeu en Bourgogne”. “J’aimais bien cette marque, je vais la regretter”.
A Paris, dans la galerie marchande de la Gare de Saint-Lazare, Nini, une cliente de 66 ans, trouve cela “désolant”: “je croyais jusqu’à la dernière minute qu’ils allaient avoir un repreneur comme habituellement certains magasins”.
“On s’en doutait un petit peu, ces dernières années c’est un petit peu difficile, on a été en redressement il y a deux ans, on a été racheté. On va dire que la société était un petit peu bancale”, philosophe Nadia, 42 ans, gérante adjointe chez Camaieu depuis cinq ans.
“On n’a jamais eu autant d’affluence que depuis trois jours, même en période de soldes”, relève-t-elle.
Dans le magasin, un chevalet accueille les clients avec un message de l’équipe : “Pardon si nous peinons à vous accueillir comme vous le méritez et comme nous le voudrions. Nous sommes anéantis et tellement fatigués. Nous sommes en deuil”.
Autour ont fleuri des post-it de soutien: “triste nouvelle bon courage à vous tous !”, “Je souhaite à tout le personnel Camaïeu de reprendre un autre chemin professionnel. Vous le méritez”.

source

About the author

Avatar of Backlink pro
Backlink pro

Add comment

Avatar of Backlink pro By Backlink pro

Backlink pro

Avatar of Backlink pro

Get in touch with us

Backlinks are links from other websites to your website. They help Internet users find your site and make it easier for them to find the information they are looking for. The more backlinks your website has, the more likely people are to visit it.

Contact

Map for 12 rue lakanal PARIS  75015 FRANCE
en_USEnglish