Fabrice Midal : plaidoyer contre « la tyrannie du positif » – Le Point

Boutique le Point
Evenements
Jeux concours
Partenaires
ENTRETIEN. Le philosophe et auteur à succès livre au « Point » ses conseils pour en finir avec la « peur fondamentale de ne pas être à la hauteur ».
Temps de lecture : 4 min
« C’est un livre contre les bons sentiments ! » Avec La méthode Foutez-vous la paix !, tome 2 de son best-seller Foutez-vous la paix ! 20 propositions pour retrouver la joie de vivre (400 000 exemplaires), à paraître ce mercredi 7 septembre chez Flammarion, Fabrice Midal propose une approche simple et des méthodes concrètes pour « cesser de se torturer » et « se libérer des mécanismes qui ruinent notre confiance et notre courage ». Ciblant les chantres du développement personnel qui « balaient les émotions négatives » jusqu’à « nous couper d’elles », le docteur en philosophie répond aux questions du Point et partage de premières pistes pour accepter d’être « imparfait »… 
Le Point : Qu’est-ce qui différencie votre essai des ouvrages de développement personnel que l’on trouve, en nombre, en librairie ?
Fabrice Midal : Je ne parle ni d’ésotérisme ni de vous relier avec les anges (rires) ! Plus sérieusement, je n’ai rien contre le développement personnel. Mais mener une « vie bonne » est une grande question philosophique, depuis Platon et Aristote, et n’est donc pas l’exclusivité des coachs en la matière. Aussi, je tente avec La méthode Foutez-vous la paix ! de sortir des bons sentiments et des injonctions intenables pour décrypter à quelles aliénations l’être humain se retrouve confronté. Celles qui l’empêchent de se sentir vivant, d’aimer et d’être à l’écoute des autres et de soi-même. Le dessein de cet essai est, avant tout, de donner à ses lecteurs des clés afin qu’ils y parviennent et cessent de s’instrumentaliser. Une injonction très à la mode, qui présente, en réalité, une conception extrêmement pauvre et indigne de soi-même… 

À LIRE AUSSI« Comprendre le monde et se rassurer » : la fascination des jeunes pour l’ésotérisme
Qu’entendez-vous par « s’instrumentaliser » ?
S’instrumentaliser, c’est potentialiser ses ressources – sa santé, ses compétences ou encore son capital séduction – pour accomplir au mieux les tâches qui nous incombent et ce que l’on attend de nous. De la même manière que le rapport d’instrumentalisation à la planète menace notre survie, cela peut tourner à l’obsession et virer à l’implosion (stress, épuisement, burn-out…). C’est une forme de violence et nombre de personnes en ont pris conscience à la faveur de l’épidémie. Mais les discours actuels ne fonctionnent pas, car les propositions, en la matière, sont insuffisantes sinon surréalistes. Des conseils comme « ralentissez », « lâchez prise », « détendez-vous »… ne peuvent absolument pas prétendre à enrayer ce cercle vicieux. Tous ces bons sentiments ne nous aident pas !
Que proposez-vous ?
Je propose d’abord d’identifier, à travers différents chapitres, ce qui nous empêche de vivre (« Je n’arrive pas à m’organiser », « Je ne dors pas bien », « Je me laisse facilement submerger par la colère », « Je vis sous pression »…), puis j’invite à changer de perspective. Il faut sortir de l’idée selon laquelle la volonté seule permet de mettre une décision en action (« Quand je veux, je peux »). C’est, aujourd’hui, le discours majoritaire du développement personnel, qui n’ajoute qu’une pression supplémentaire et s’avère, in fine, extrêmement culpabilisateur. Or, les personnes souffrant de burn-out, par exemple, n’ont pas besoin de s’entendre dire qu’elles gèrent mal leur stress ou hierarchisent mal leurs tâches alors qu’elles souffrent, précisément, du travers de « trop bien faire ». Ce essai invite donc à changer de régime : revenir à ce que l’on ressent pour comprendre que cette pression ne nous fait pas avancer, pire, s’avère délétère. J’invite, en somme, à se foutre la paix !

À LIRE AUSSIPourquoi lisons-nous des livres de développement personnel ?
En quoi cela consiste-t-il ? Et n’est-il pas plus facile à dire qu’à faire ?
C’est au contraire à la portée de chacun ! Mais il faut accepter de sortir de cette idée de contrôle total. Et de cette tyrannie du positif qui s’évertue à balayer les émotions dites « négatives », pour s’autoriser des sentiments comme le chagrin ou la colère. Cet essai a justement pour vocation de guider, pas à pas et à travers une série d’exercices d’inspiration analytique, le lecteur à identifier ce qui se cache derrière ses émotions, lui rappeler qu’il peut ne pas être « parfait » (calme, lisse, performant…) et surtout qu’il ne peut pas tout ! Cela n’est pas, en soi, révolutionnaire : les philosophes Nietzsche, Bergson ou encore Wittgenstein dénonçaient, avant moi, l’illusion d’un individu comme être autonome, capable de s’autodéterminer sans être à l’écoute de lui-même. L’enjeu, ici, est de sortir de la seule motivation de la performance…
Vous considérez donc que viser la performance est un mal ?
Non, mais je crois que nous avons un grand besoin de critique anthropologique en la matière. On voit bien avec la « grande démission » [démissions de masse intervenues aux États-Unis et dans une moindre mesure en France, depuis l’épidémie de Covid-19, NDLR] que le modèle d’une « vie bonne », qui consiste à potentialiser ses ressources jusqu’à s’oublier soi-même, comporte des limites… Attention toutefois, l’injonction « foutez-vous la paix ! » est le contraire d’une invitation à la démission. Elle n’encourage aucunement à claquer la porte de son travail, plutôt à rappeler que plus on se met la pression, moins on trouve en soi les ressources pour franchir les obstacles. En ce sens, cet essai vise plutôt à déjouer la pression qui inhibe la performance ou, en d’autres termes, à rouvrir la possibilité de travailler avec elle. 

Fabrice Midal : plaidoyer contre « la tyrannie du positif » - Le Point

La méthode Foutez-vous la paix ! (Flammarion), Fabrice Midal, 16,90€
La rédaction du Point vous conseille
Signaler un contenu abusif
Merci de renseigner la raison de votre alerte.
Ce champ est obligatoire
Ce champ est obligatoire
Code erroné
Un avis, un commentaire ?
Ce service est réservé aux abonnés
Voir les conditions d’utilisation
Vous devez renseigner un pseudo avant de pouvoir commenter un article.

Quelle différence avec les coachs ? Il a la même prétention à rendre à l’individu son bonheur de vivre. La différence est sa démarche… industrielle, il écrit en espérant que le nombre de lecteurs amortira son investissement. Pas très moderne mais efficace si il a un peu de talent, de chance et d’entregent.
Il est toujours bon de rappeler qu’en d’assez nombreuses circonstances, “le mieux est l’ennemi du bien”…
L’info en continu
En kiosque
Le palmarès des menteurs
Consultez les articles de la rubrique Société, suivez les informations en temps réel et accédez à nos analyses de l’actualité.
Transgenres : questions d’identité.
Les disparues
Retrouver le goût de l’effort

Expérience Le Point
La boutique
Abonnements
Applications mobiles
Nos partenaires
Nous sommes OJD
Les forums du Point

FAQ
Politique de protection des données à caractère personnel
Gérer mes cookies
Crédit d’impôt
Cours de langues
Bons d’achat
Comparateur PER
Portail de la transparence
Tutoriel vidéo
Publicité
Nous contacter
Plan du site
Mentions légales
CGU
CGV
Conditions générales d’un compte client
Charte de modération
Archives

* Champs obligatoires
Avec un compte LePoint.fr :

Créez un compte afin d’accéder à la version numérique du magazine et à l’intégralité des contenus du Point inclus dans votre offre.

Pour ce faire, renseignez
votre numéro d’abonné dans les paramètres de création de compte.
Vous avez un compte Facebook ?
Connectez-vous plus rapidement
Vous avez un compte Facebook ?
Créez votre compte plus rapidement
Veuillez saisir l’adresse mail qui a servi à créer votre compte LePoint.fr
Cet article a été ajouté dans vos favoris.
Pour soutenir Le Point acceptez la publicité personnalisée.
Déja abonné ? Je m’identifie

source

A propos de l'auteur

Avatar de Backlink pro
Backlink pro

Ajouter un commentaire

Backlink pro

Avatar de Backlink pro

Prenez contact avec nous

Les backlinks sont des liens d'autres sites web vers votre site web. Ils aident les internautes à trouver votre site et leur permettent de trouver plus facilement les informations qu'ils recherchent. Plus votre site Web possède de liens retour, plus les internautes sont susceptibles de le visiter.

Contact

Carte pour 12 rue lakanal 75015 PARIS FRANCE
fr_FRFrench